Les ados délaissent Facebook

[Version AMP de cet article]

teens-facebookQuand je disais que Facebook perdait du terrain… Aux États-Unis, une nouvelle étude relayée par le Washington Post montre que les adolescents abandonnent Facebook pour d’autres réseaux sociaux, qui leur conviennent mieux.

Ainsi les réseaux les plus utilisés par les Djeuns sont actuellement dans l’ordre Instagram (76%), Twitter (59%), Facebook (45%) et Pinterest (22%). 1 ado sur 2 est actuellement sur Facebook, et ça représente une perte de presque 30% depuis début 2014. Diantre !

 

Il faut évidemment relativiser cette étude, qui porte sur une courte période (comparaison entre printemps et automne 2014) et qui n’est pas très explicite sur la façon dont les ados utilisent les réseaux sociaux. Est-ce que jouer à des jeux dans Facebook compte comme une utilisation du réseau ?

Difficile de savoir les raisons de cet abandon, elles sont certainement multiples. En voici quelques unes :

  • Facebook est devenu moins cool depuis que les parents et grands-parents l’utilisent
  • Les jeunes se méfient de plus en plus de la façon dont Facebook traite les données personnelles
  • Les jeunes se tournent vers des réseaux plus simples (Twitter, Instagram)
  • Les jeunes n’aiment pas la publicité envahissante dans Facebook

En gros, les adolescents ne sont plus aussi crédules et naïfs que dans le temps, ils veulent mieux maîtriser leur visibilité dans les réseaux sociaux. Parallèlement à ça, le lancement de plusieurs réseaux communautaires respectant davantage la vie privée (ce que les spécialistes appellent le Dark Social) est significatif de la tendance.

Par exemple il existe de nouveaux réseaux tels que Yik Yak, Secret ou Whisper, qui permettent de publier des messages de façon anonyme, dans son environnement géographique proche. C’est la communauté des utilisateurs qui est supposée modérer les messages, ce qui ne va pas sans dérapages (insultes, harcèlement moral, etc…).

Le web communautaire est en train d’évoluer, et l’apparition de ces réseaux anonymes est un véritable drame pour les marchands de publicité ! Ce qui est rassurant, c’est que les adultes se sont mis aux réseaux sociaux, et qu’ils ont généralement beaucoup plus d’argent… Tout n’est pas perdu !

Retrouvez-moi aussi sur

Google+