AndroidMobile

Amazon et l’échec du Fire Phone

Par Guillaume Thavaud - Publié le 14 septembre 2015

Un an d’existence et déjà abandonné… Lancé en grande pompe en juillet 2014, le Fire Phone était une tentative pour Amazon de se faire une place parmi les leaders de la téléphonie mobile… Dur dur, sachant que c’est Android, Apple et Windows Phone qui occupent le marché (enfin surtout Android actuellement). Même une « world company » comme Amazon s’y est cassé les dents !

amazon-fire-phone

Commercialisé à son lancement à plus de 600 $, le Fire Phone se positionnait d’emblée comme un téléphone haut de gamme, basé sur un système d’exploitation maison (Fire OS, dérivé de Android 4.2). Il embarquait ses propres applications, dont Firefly, une application permettant de faire de la reconnaissance d’image. En clair, vous pouvez identifier n’importe quel objet avec la caméra du Fire Phone et ensuite le commander sur internet (sur la boutique Amazon, naturellement). Ce smartphone proposait aussi une interface de navigation 3D, la « perspective dynamique », jugée peu convaincante par ceux qui l’on testé (voir par exemple ce test de CNet France).

Firefly

 

Bref, la commercialisation du Fire Phone est actuellement suspendue, et une dizaine d’ingénieurs auraient été licenciés selon Wall Street Journal. Les raisons de ce fail sont assez simples :

  • beaucoup trop cher
  • pas assez d’applications dans le Store
  • pas de grosses différences par rapport aux concurrents

Cela signifie-t’il que Amazon va abandonner les nouvelles technologies ? C’est très peu probable, Amazon continue à commercialiser avec succès sa tablette Kindle et propose d’autres objets connectés, comme Amazon Echo, qui parle et écoute ses propriétaires et est capable de donner la météo, de faire des blagues et de prendre des commandes… Un assistant vocal que certains jugent un peu inquiétant !

amazon-echo

La morale de cette histoire est que le marché de la téléphonie est actuellement saturé, et que les entreprises ont plutôt intérêt à se tourner vers les objets connectés. Pas facile d’avoir une part du gâteau !