AndroidGoogleMobile

La SNCF teste Google Glass pour contrôler les billets

Par Guillaume Thavaud - Publié le 25 octobre 2014

Ce jeudi 23 octobre, les passagers du iDTGV Paris-Béziers ont eu la surprise de se faire contrôler par des employés équipés de Google Glasses.
Grâce à leurs lunettes connectées, les contrôleurs peuvent savoir si un billet est valide en le « scannant » avec leurs lunettes. Ils peuvent aussi accéder à des informations sur le voyageur, et savoir par exemple si c’est son anniversaire !

sncf-google-glass

D’après iDTGV, Google Glass améliore la relation client car le contrôleur est davantage disponible pour répondre à des questions. Le système est également supposé rendre plus rapide le contrôle des billets et fluidifier la circulation.

Google Glass : qu’est-ce que c’est ?
Lancé en 2012, Google Glass est un projet de « lunettes connectées » permettant aux utilisateurs de mieux interagir avec leur environnement. Dotée d’un mini écran, la Google Glass permet par exemple d’afficher des messages, une carte ou des informations de type réalité augmentée. Elle dispose aussi d’une mini caméra, permettant de scanner, photographier et filmer son environnement, et d’un micro incorporé (Google Glass fonctionne avec des commandes vocales)

Du côté des usagers SNCF, le résultat est plus mitigé. De nombreuses personnes n’aiment pas l’idée de se faire filmer ou photographier à leur insu, ni qu’on utilise leurs données personnelles (même si c’est pour se faire offrir un café). A noter que les lunettes Google sont déjà très controversées : aux USA, des groupes de pression se sont montés, comme Stop The Cyborgs qui réclame l’interdiction des lunettes dans certaines zones.

ban-google-glasses

Le coût de l’opération est également perturbant, chaque Google Glass coûte dans les 1500€ : on imagine bien les problèmes de budget s’il fallait équiper tous les contrôleurs ! Sans parler du temps passé à former les agents et à réparer/remplacer les lunettes cassées (c’est très fragile).

Bref, ce test (réalisé avec un grand renfort de caméras et de journalistes) est un gros coup de publicité pour la SNCF, qui a des problèmes d’image et de notoriété  en ce moment. Pas dit que le résultat obtenu soit le résultat escompté, car les usagers aimeraient mieux qu’on se préoccupe des problèmes de train en retard et de la vétusté du matériel…